Entretien avec Cynthia McKinney : LE 11/09/2002, CEUX QUI SAVAIENT

Entretien avec Cynthia McKinney

La conspiration du silence

Les attentats du 11/09

Qui savait quoi ?

Depuis quelques jours on ne se moque plus de Cynthia McKinney dans les couloirs du Congrès. Ce n’est pas tant la tenue bariolée de la députée démocrate de Géorgie que raillaient ses pairs. Quelques jours seulement après les événements du 11/9, McKinney était déjà sur le pied de guerre’ contre l’omnipotence soudaine de l’administration Bush, et les restrictions de liberté imposées par le Patriot Act.

« Que savait l’administration Bush et quand l’a-t-elle appris ? » questionne Cinthya McKinney. A l’heure où nous l’interrogeons, ses collègues, qu’ils soient démocrates ou républicains accompagnent ses interventions au Congrès de moqueries. Alors que la presse internationale fait aujourd’hui la une sur le « mea culpa » de la Maison-Blanche, la députée de l’Etat de Georgie n’est plus l’hurluberlu conspirationniste et anti-patriote de service. Encore faut-il nuancer les propos de Cynthia McKinney. Dès le 21 septembre, elle critique vivement le processus de restriction des libertés civiles fondamentales enclenché par la Maison-Blanche au nom de la guerre contre le terrorisme. Mais plus que tout, elle demande publiquement pourquoi aucune mesure de sécurité n’a été prise avant le 11 septembre, alors que la CIA et le FBI étaient apparemment informés d’attaques imminentes sur le territoire américain.

Tony Blair, ministre des affaires étrangères de Bush

Cynthia McKinney s’interroge également sur le sort d’un officier du renseignement américain détenu au Canada, un certain Delmart Vreeland, qui aurait tenté d’informer les services secrets canadiens des attentats alors à venir. Il ne s’agit pas d’allégations fantaisistes d’un « imposteur « mais des déclarations publiques d’un représentant du peuple américain. Les préoccupations de la députée sont également celles de plus de 12 000 citoyens, majoritairement américains, signataires d’une pétition en ligne demandant une enquête officielle sur les « particularités » des événements (voir l’interview de Carlos Jiacinto). L’instigatrice de cette pétition, Lori Price, a d’ailleurs déclaré à Digipresse qu’elle enverrait une copie de ce document à la députée de Georgie qui tient à se faire l’écho des interrogations de ses compatriotes. Dès le 25 septembre, au nom de ces derniers, elle demande des « preuves irréfutables » de la culpabilité d’Oussama Ben Laden et du gouvernement Taliban. Elle n’a pas obtenu satisfaction à ce jour.

Cynthia McKinney n’hésite pas à accuser l’administration Bush d’avoir dépêché Tony Blair, « le véritable ministre des affaires étrangères américain », au lieu de Colin Powell qui avait imprudemment promis un rapport sur les événements. Cette obstination à demander une enquête sérieuse lui attire particulièrement les foudres des républicains qui la taxent d’anti-patriotisme. Or, une enquête sur les affaires républicaines pourrait révéler « trop d’informations ». Et les démocrates, à l’image de Thomas Daschle le leader démocrate au Sénat, ne s’y risquent pas, contraint de se soumettre à la pensée unique : qui est contre la guerre, est contre les États-Unis. « A l’heure de l’unité nationale, ironise McKinney dans une imitation du Président Bush, nous ne pouvons pas nous permettre cela [?] donc laissez-nous continuer notre guerre contre le terrorisme ». C’est ce que Cynthia McKinney appelle « la conspiration du silence ».

A qui profite le crime ?

Cynthia McKinney demande également des explications sur les énormes profits générés par les mouvements boursiers inhabituels quelques jours avant le 11/9. D’après elle, les sommes en jeu se comptent en milliards de milliards de dollars. Il s’agirait de délits d’initiés qui impliqueraient des holdings, de « très gros joueurs », assez gros pour mériter la comparaison avec des gouvernements. La députée fait référence à Unocal, responsable du projet d’oléoduc en Asie Centrale. Unocal aurait remporté le marché grâce à l’appui du puissant groupe Carlyle. On retrouve ce groupe multinational à la 11e place des fabricants de matériel de défense américain. George Bush père, membre du conseil d’administration du groupe Carlyle, a effectué plusieurs visites officielles en Arabie Saoudite entre 1998 et 2000. A ces occasions, il aurait rencontré des représentants de la famille Ben Laden.

Et le vol 77 projeté sur le Pentagone ? Si Cynthia McKinney n’a pas encore lu le livre de Thierry Meyssan au moment où nous l’interrogeons, elle a en revanche pris connaissance d’un document auquel l’auteur de L’effroyable imposture fait également référence. James Bamford, journaliste d’investigation, reproduit ce document auparavant classé Secret Defense, dans son livre Body of Secrets. On y découvre que certains membres de l’état-major américain, il y a 40 ans, avaient projeté et approuvé l’organisation d’attentats sur le territoire national. Attribués au régime cubain, ces « avions-bombes » auraient justifié une attaque américaine contre Fidel Castro. « Si cela était concevable quarante ans auparavant, pourquoi pas aujourd’hui ? » demande la congresswoman.

Pour Cynthia McKinney il reste donc les vraies questions : « Qui sont les auteurs des attentats ? Pourquoi ? Comment ? Qui a aidé ? Qui savait ? Et qui a permis que cela arrive [?]. Le peuple américain mérite d’avoir des réponses ». La députée de Géorgie aura-t-elle contribué à briser un tabou ? Pas si sûr, la voix discordante de Cynthia McKinney pourrait bien être étouffée par les probables mesures sécuritaires, consécutives aux prochains attentats, qu’on nous promet encore plus sauvages. Mais cette fois, le FBI semble savoir.

Valérie Labrousse

* Entretien disponible en vidéo à l’adresse suivante :
http://digipressetmp4.teaser.fr/site/page.php ?num_art=498&doss=60

Site officiel de Cinthya McKinney
http://www.house.gov/mckinney/

0 Commentaires

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Atlantyd.org © 2001-2024 Agence web AMBA

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account