L’après Roswell du Colonel Philippe Corso

Extrait du site ovni.free.fr

Le texte qui suit est une traduction du livre “The day after ” du colonel CORSO paru aujourd’hui en Italien et en Anglais.

Qui est Philip Corso ?

Philip Corso était un officier des Renseignements de l’Armée Américaine. Il a fait partie de l’équipe du Général Mac Arthur en Corée. Plus tard, il a travaillé comme Lieutenant Colonel au Bureau de Sécurité Nationale du Président Dwight. D. Eisenhower.

Pendant les 21 ans de sa carrière militaire, Corso a été décoré plus de 19 fois. Il est parti à la retraite en 1963 et s’est mis au service des Sénateurs James Eastland et Strom Thurmond comme membre d’une équipe spécialisée dans la sécurité Nationale.

Depuis, il a travaillé dans le secteur privé comme consultant. Il est apparu récemment dans une émission comme expert sur les vols de U2 au-dessus de la Russie pendant la Guerre Froide.

Thierry Mallet — 1997

Introduction

En 1960 et pendant deux ans, le Lieutenant Colonel Philip Corso a mené une double vie. Il travaillait au Bureau des Technologies Étrangères au Pentagone, service de l’Armée des R&D ( Recherche et Développement ). Son travail habituel consistait à enquêter sur les technologies des autres pays, comme par exemple l’hélicoptère développé par l’Armée Française pour les adapter à leurs propres technologies afin de préserver des vies militaires sur le terrain.

Corso lisait des rapports techniques et rencontrait des Ingénieurs de l’Armée afin de budgéter les projets à venir. Il envoyait des rapports à son patron, le Lieutenant Général Arthur Trudeau, chef de la section des R&D de l’Armée Américaine. Celui-ci avait la responsabilité de 3000 personnes travaillant sur différents projets plus ou moins avancés.

En apparence, pour les Membres du Congrès qui surveillent le Budget et la finalité de ses dépenses, tout n’est que routine.

Une partie du travail de Corso était celle d’un officier de renseignement et de conseiller pour le Général Trudeau. C’était un travail qu’il connaissait bien pour l’avoir pratiqué pendant la Guerre de Corée. Au Pentagone, il travaillait sur les sujets les plus secrets, il avait accès à tous les documents classifiés et en faisait part au Général Trudeau.

Comme officier de renseignement, il savait que les plus grandes institutions Gouvernementales étaient infiltrées par le KGB et que cette “police étrangère” était directement dirigée par le Kremlin.

Mais en plus de toutes ces tâches, Corso eût la responsabilité du secret le mieux gardé : les Dossiers sur Roswell qui traitent de la récupération de l’épave et des bris d’une soucoupe volante qui s’est crashée à Roswell au Nouveau Mexique, ainsi que de toute la collecte d’informations par l’équipe du 509ème Groupe à Roswell.

Le dossier Roswell constitue tout l’héritage de ce qui s’est passé dans les heures et les jours qui suivirent le crash ainsi que toute la censure (cover-up) mise en place ensuite par le Gouvernement.

Corso n’était pas à Roswell en 1947 et n’en avait même pas entendu parler, à ce moment-là, tellement c’était secret, même au sein de l’Armée !

Les Militaires pensèrent, au début, que l’appareil était une arme secrète Soviétique parce qu’elle avait une certaine ressemblance avec la forme des ailes volantes Horton. Et si les Soviétiques avaient développé leur propre version de cet appareil ?

Les différentes versions de l’histoire de Roswell varient dans les détails. Comme Corso n’était pas là-bas, il a pris connaissance de ces différentes versions de la part de campeurs, d’archéologues ou du fermier Mac Brazel qui trouva l’épave.

Corso lut différents rapports militaires sur différents crashs à différents endroits à proximité de la zone militaire de Roswell, comme San-Augustin ou Corona ainsi que d’un site en ville.

Tous ces rapports étaient classifiés et donc Corso n’en fit aucune copie et ne conserva aucun de ces rapports après son départ de l’Armée.

Quelquefois, les dates du crash varient d’un rapport à l’autre, le 2, 3 ou 4 Juillet 1947.

En 1961, les informations top-secrètes sur Roswell arrivèrent en possession de Corso à son bureau des R&D. Le Général Trudeau voulait que celui-ci incorpore la technologie de Roswell dans les développements d’armes en cours. Aujourd’hui, les lasers, les circuits intégrés, la fibre optique, le faisceau à particules accélérées et le Kevlar dans les gilets “pare-balles” en proviennent.

Dans les heures confuses qui suivirent la découverte de l’appareil à Roswell, l’Armée détermina qu’en l’absence de toute autre information, l’objet devait être extraterrestre. De fait, ce vaisseau et d’autres devaient surveiller les installations défensives Américaines. Ces ovnis avaient sans doute des intentions hostiles et pouvaient même avoir interféré dans le déroulement de la Deuxième Guerre Mondiale.

L’Armée estimait qu’à cause de ces événements et en raison des mutilations de bétails, ils constituaient des ennemis potentiels. Dans le même temps, les USA entraient en Guerre Froide avec les Soviétiques et le KGB infiltrait les Agences Américaines.

Les Militaires se trouvaient confrontés à deux lignes de fronts, une guerre contre les Communistes et une guerre contre les Extraterrestres qui pouvaient être un bien plus grand problème que les Communistes. Dès lors, l’Armée utilisa la technologie des Extraterrestres contre eux, en l’adaptant pour créer un système de défense spatial.

Croyez-le, si vous le voulez, voici l’histoire de ce qui s’est passé dans les jours qui ont suivi le crash de Roswell et comment un petit groupe d’Officiers des renseignements ont changé l’histoire de l’Homme.

Pour télécharger la traduction complete cliquez droit sur le lien ci après et faites “enregistrer la cible sous …” renommer le fichier et cliquez sur ok. Telechargement Après Roswell

0 Commentaires

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Atlantyd.org © 2001-2024 Agence web AMBA

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account