LE HAARP, ouragan ou arme climatique ?

Tempêtes de Décembre 1999

stratégies planétaires

Tempêtes de Décembre 1999:
Ouragans, ou arme climatique’



Dans la nuit des 25 et 27 Décembre 1999, deux ouragans d’une violence exceptionnelle s’abattaient sur la France, alors que le pays s’apprêtait à célébrer le passage à l’An 2000. Au lendemain de ces tempêtes, le réseau électrique est anéanti, et une grande partie des forêts sont complètement dévastées, offrant un paysage apocalyptique d’arbres arrachés ou décapités.

Ces tempêtes pourraient avoir été provoquées par une arme climatique, utilisée afin de sanctionner l’attitude récalcitrante de la France sur la mondialisation, les OGM, et le traité de l’AMI

Un phénomène météorologique très inhabituel

Ces tempêtes représentaient un phénomène météo très inhabituel, avec un jet stream exceptionnellement rapide, et qui, de plus, est descendu en basse couche, ce qui n’est pas censé se produire.

La photo satellite de 18 heures du 27 Décembre montre très bien ce jet stream, formant une “aiguille” d’environ 1200 km de long et arrivant perpendiculairement à la cote atlantique.

Les modélisations 3D réalisées par Météo France sont également très intéressantes et montrent à quel point la configuration météorologique avait l’efficacité d’une machine de guerre.


image satellite du 27 Décembre, et cartes de la force des vents les 25 et 27 Décembre

L’existence des armes climatiques a été implicitement reconnue dans un traité international de désarmement

Un traité international adopté en 1977 sous le nom de “convention ENMOD”, interdit expressément le développement d’armes “de nature à influencer le climat”. Le fait que ce type d’armes soit mentionné dans cet accord indique que leur existence n’est pas de la science-fiction.

Les armes climatiques pourraient avoir été développées sur la base des travaux du physicien Nikola Tesla sur l’électromagnétisme et sur la ionosphère

Ce physicien contemporain d’Einstein est à l’origine de plus de 800 brevets très largement utilisés par la technologie actuelle. Certaines de ses inventions et surtout ses théories sur l’énergie et l’électromagnétisme sont tout à fait fascinantes. Elles ouvrent aussi la voie à des applications terrifiantes: armes climatiques, ou tremblements de terre générés artificiellement grâce à des antennes souterraines…

Les USA disposent de bases opérationnelles pour l’utilisation de l’arme climatique

Les antennes du projet HAARP, à Gakona en Alaska

La base de Gakona en Alaska, connue sous le nom de “projet HAARP”, est officiellement consacrée à “l’étude” de la ionosphère. Mais techniquement, elle pourrait tout aussi bien être utilisée de façon opérationnelle. Cette base comporte un réseau de 180 antennes très spéciales qui sont notamment capables de générer une onde stationnaire géante autour de la planète. Avec ses 1,7 gigawatts, HAARP est actuellement l’émetteur le plus puissant de la planète. Les Etats-Unis prévoient d’augmenter encore cette puissance, pour atteindre les 3,6 gigawatts.

En utilisant des hautes fréquences combinées avec les propriétés réfléchissantes de la ionosphère, HAARP serait capable de réchauffer localement l’athmosphère à la manière d’un four à micro-ondes. En augmentant le contraste thermique entre les masses d’air à proximité d’une tempête, il est possible de transformer celle-ci en ouragan ou en mini-cyclone. HAARP serait également capable d’orienter et de manipuler un jet stream, en le faisant onduler et descendre vers les basses couches de l’athmosphère.

La base américaine de Pine Gap en Australie (au centre du désert australien, à 250 km au Nord Ouest d’Alice Springs) abriterait également des émetteurs très spéciaux ainsi que la plus profonde antenne souterraine jamais construite.

L’URSS maîtrisait la technologie de l’arme climatique mais ne serait pas parvenu au stade opérationnel à cause de l’effondrement économique du système soviétique.

Ces “tempêtes” ont été suivies par un virage à 180 degrés de la politique du gouvernement de Lionel Jospin au sujet de la mondialisation et des OGM.


A partir de l’année 2000, la politique du gouvernement Jospin a changé, et une fracture avec l’opinion publique s’est développée.

La vérité est peut-être que le pays ayant été mis à genou par ces deux “tempêtes”, la France a été vaincue et n’a pas eu d’autre solution qu’une discrète capitulation, à l’insu de la population qu’il était préférable de ne pas informer.

Avant les “tempêtes”:

Lionel Jospin réaffirme à plusieurs reprises la primauté du politique sur l’économique

La France parvient à influencer de manière décisive la position des autres pays de l’Union Européenne sur le dossier des OGM, contribuant à l’échec des négociations de l’OMC à Seattle.

Et surtout, en 1998, la France se retire des négociations de l’AMI (Accord Multilatéral sur l’Investissement), provoquant l’échec de ce projet-clé du processus de mondialisation.

Après les “tempêtes”:

Lionel Jospin déclare que ce n’est pas le rôle de l’état d’intervenir dans les affaires économiques privées, même en cas de licenciements massifs provoqués par les délocalisations d’entreprises.

Le gouvernement autorise les cultures d’OGM dans le cadre de la “recherche scientifique”. On a appris récemment que les cultures d’OGM sont aujourd’hui présentes dans plus de la moitié des départements français.

Le gouvernement émet un avis favorable sur le clonage humain “à des fins thérapeutiques”. Une décision du Conseil d’Etat en Juin 2001 a finalement annulé cette autorisation.

Les négociations de l’AMI n’ont pas repris, mais le gouvernement Jospin a accepté la modification de l’article 133 du traité d’Amsterdam, en vue de permettre à la Commission Européenne de négocier à la place des états les futurs accords multilatéraux de type AMI. Une reformulation de l’AMI est d’ailleurs en cours d’élaboration depuis 2 ans sous le nom de NTM. Si la modification de l’article 133 est adoptée, les états européens n’auront plus aucun moyen de s’opposer à de futurs accords de type AMI ou NTM.

A l’insu des médias et du public, le gouvernement Jospin préparait depuis début 2000 la privatisation d’EDF (la compagnie nationale d’électricité), afin d’offrir au secteur privé le marché de l’électricité. Les médias n’ont commencé à parler du projet qu’en Février 2002, pour préparer l’opinion, et sans dévoiler l’objectif final, en parlant seulement d’une privatisation partielle.

En saisissant le prétexte des attentats du 11 Septembre 2001, et à l’unisson avec les Etats-Unis, le gouvernement Jospin s’est empressé d’adopter des mesures sécuritaires contraires aux droits de l’homme et à la Constitution. Le gouvernement a également légalisé le gigantesque fichier policier “STIC” sur les citoyens, un fichier qui existait depuis 5 ans en toute illégalité.

A l’occasion de sa candidature aux élections présidentielles, Lionel Jospin a été très clair sur sa conversion à la mondialisation: “Je suis socialiste d’inspiration, mais le projet que je propose au pays n’est pas un projet socialiste. Il est une synthèse de ce qui est nécessaire aujourd’hui, c’est-à-dire la modernité. Il faut épouser son temps”.
La meilleure réponse à Jospin était alors venue de Jean-Pierre Chevènement:
“Je ne regarde pas vers une sorte de résignation à la mondialisation libérale sous prétexte que ce serait moderne.”

Où l’on reconnaît la méthode de guerre américaine…

Une théorie des militaires américains est que les bombardements de nuit ont un plus fort impact psychologique sur les populations. Les Américains ont largement appliqué cette tactique pendant la guerre du Golfe, en Serbie, et en Afghanistan.

Les deux “tempêtes” de Décembre se sont produites de nuit, et de plus, entre deux réveillons marquant une date symbolique, le début de l’An 2000.

On ne pouvait rêver un meilleur impact psychologique…


à lire sur les armes climatiques:
– le livre de Marc Filterman, “Les armes de l’ombre”, aux Editions Carnot (disponible chez
Amazon)
– la page sur les
armes climatiques, sur le site de Marc Filterman

à lire sur Nikola Tesla:
– une série de pages web très complètes sur le site
Conspiration.com
– le livre “Coucou, c’est Tesla”, un ouvrage collectif (disponible chez Amazon)

pour en savoir plus sur le projet HAARP
– le rapport du
GRIP à propos du projet HAARP (format PDF). Vous trouverez également d’autres rapports du GRIP sur des sujets intéressants, comme les projets d’armes non-léthales.
– Une
page de synthèse sur le projet HAARP
– La page consacrée à
HAARP sur le site de Marc Filterman
– Le
site officiel du projet HAARP, destiné à rassurer le public, avec des détails techniques et même une web cam

0 Commentaires

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Atlantyd.org © 2001-2024 Agence web AMBA

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account