Navette Columbia

Les drapeaux sont en berne partout aux Etats-Unis après l’explosion de Columbia. La navette s’est désintégrée samedi avec ses sept astronautes lors de sa rentrée dans l’atmosphère. Tous les autres vols prévus sont suspendus jusqu’à nouvel ordre. sigle columbia

C’est l’un des multiples débris de la navette retrouvés au Texas : un sigle de la mission Columbia. Depuis samedi, les services de police de cet Etat s’efforcent de retrouver les restes du vaisseau spatial, voire les restes humains, qui se sont éparpillés sur une centaine de kilomètres, pendant que la Nasa multiplie les mises en garde à la population du fait de la possible toxicité de ces débris. Et partout aux Etats-Unis, les drapeaux sont en berne. Les messages de condoléances affluent désormais du monde entier. Mais malgré la “terrible nouvelle”, George W. Bush assure que “la conquête de l’espace continuera”.

Columbia s’est volatilisée samedi avec ses sept astronautes durant sa rentrée dans l’atmosphère, quelque minutes avant son atterrissage prévu à 9H16 locales (15H16, heure française). Elle a disparu des écrans de la Nasa, alors qu’elle volait à une soixantaine de kilomètres d’altitude, à quelques centaines de kilomètres de son lieu d’atterrissage, et à plus de six fois la vitesse du son. Les astronautes, dont le premier Israélien dans l’espace, Ilan Ramon, revenaient d’une mission scientifique de 16 jours en orbite. Hormis quelques petits problèmes techniques avec certaines expériences qu’ils étaient chargés de mener, ils n’avaient fait état d’aucun problème à bord de Columbia jusqu’à sa disparition.

Des images du passage de la navette au dessus de Dallas, diffusées par la chaîne de télévision CNN, ont montré plusieurs traînées blanches, au moment où la navette s’est désintégrée. Des témoins ont signalé un bruit d’explosion. En attendant les résultats de l’enquête, les vols de navettes spatiales sont suspendus. Contrairement à Challenger, dont l’accident avait traumatisé l’Amérique, et qui avait explosé lors de son décollage, c’est lors de son retour sur Terre que Columbia s’est volatilisée.

L’enquête s’annonce longue et difficile pour déterminer les causes de cet accident. Un porte-parole de l’administration Bush a tenu à préciser qu’il n’y avait aucune présomption d’un acte terroriste. Lors d’une conférence de presse, Ron Dittemor, le responsable du programme Columbia, a dévoilé les résultat des premières analyses : elles révèlent, peu avant l’explosion, une hausse de la température au niveau de l’aile gauche, suivie d’une perte de pression hydraulique au niveau du train avant, puis d’une hausse générale de la température. Rien qui permette, à l’heure actuelle, d’avancer une explication… Une piste possible, cependant : lors du décollage, le 16 janvier, un débris avait heurté l’aile gauche de Columbia, incident qui n’avait pas alors été jugé préoccupant pour la sécurité de la navette.

Columbia, “l’aînée” des navettes américaines

Columbia avait effectué son premier vol en orbite autour de la Terre en 1981, et effectuait depuis le 16 janvier son 28ème vol. Elle avait été baptisée du nom du navire du capitaine américain Robert Gray, un sloop basé dans le Massachusetts qui, le 11 mai 1792, avait découvert une voie navigable au sud-est de la Colombie-Britannique (Canada). Le navire avait également été le premier bateau américain à faire le tour du monde. La première unité de la marine américaine à réaliser le tour de la Terre portait également ce nom, comme le module de commande d’Apollo 11, la première mission sur la lune. Depuis le début du programme des navettes, quatre “soeurs” ont rejoint Columbia au sein de la flotte de la NASA : Challenger en 1982, Discovery (1983), Atlantis (1985) et Endeavour en 1991 pour remplacer Challenger détruite en vol en 1986.

Portraits des sept astronautes disparus

portrait groupe astronautes

Sept astronautes dont deux femmes et le premier Israélien dans l’espace,
Ilan Ramon se trouvaient à bord de la navette spatiale américaine
Columbia qui s’est désintégrée samedi au dessus du Texas.

Le commandant de bord, Rick Husband 45 ans, ancien pilote d’essai, avait été sélectionné par la NASA en 1994. Il avait participé à une mission spatiale de 10 jours en 1999 durant laquelle l’équipage de la navette avait réussi le premier amarrage avec la station spatiale internationale.
Michael Anderson, 42 ans, ancien instructeur de pilotage, avait passé 211 heures dans l’espace au cours d’une précédente mission en 1998. Sélectionné en 94, lieutenant-colonel des forces aériennes américaines, il participait à cette mission STS-107 en tant que responsable de la charge utile qui comprenait le module de recherche Spacehab RDM et quatre tonnes d’expériences scientifiques.
Kalpana Chawla, 42 ans, Américaine d’origine indienne, était, avec plus de 376 heures dans l’espace à son actif, l’astronaute la plus expérimentée au sein de l’équipage de cette mission. Instructeur de vol, elle avait oursuivi
des études d’aéronautique à l’école d’ingénieurs spécialisée dans l’aéronautique du Pendjab en Inde. Sélectionnée en 1994, elle était spécialiste de mission à bord de cette navette.
David Brown, 46 ans, pilote de la Marine américaine et médecin. Il effectuait, en tant que spécialiste de mission, son premier vol spatial, sept ans après avoir été sélectionné en tant qu’astronaute.
Le pilote de la navette, William McCool, 40 ans, ancien pilote d’essai, avait été sélectionné par la NASA en 1996. C’était son premier vol spatial.

Ilan Ramon, 47 ans, était le premier Israélien à participer à un vol spatial habité. Ce colonel, pilote de chasse des forces aériennes israéliennes, avait été admis en 1998 par la NASA pour ses programmes spatiaux et avait commencé son entrainement d’astronaute au cours de la même année.

Laurel Clark, 41 ans, également spécialiste de mission, commandant de la marine américaine, et médecin, avait été selectionnée par la NASA en 1996. Elle était en outre diplomée de zoologie. C’était son premier vol dans l’espace

Ayez une pensée pour eux…Merci

0 Commentaires

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Atlantyd.org © 2001-2024 Agence web AMBA

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account