poème ”Mère raconte” l’Irak.

Mère raconte:l’Irak

Ton corps las les matins

pâle à l’aube de ton désir

ton corps meurtri

se consume

sans jamais voir la mer

sans jamais caresser l’herbe mauve

ton corps a bu l’ombre de vivre

pendant que le soleil délivrait le ciel du

soupçon

ton corps a écrit

et tu te poses entre la mort et l’astre de

lumière

tu as noué les jours et les nuits avec le

fil blanc de notre SOURIRE

murmurant ta vie à toi même

pendant que la tombe s’agrandissait et

t’attirait dans son lit

pendant que le défunt mangeait la terre

et te préparait un lac et une mer

gelée

Dis-moi

Dis-nous

La couleur du sang que tu refoulais

quand le mort s’éssouflait sur ton corps frêle

Dis-moi

Dis-nous

que tu mordais le ciel sous les couches de l’espoir

que tu criais

non comme une victime mais comme une braise sourde

Mais le dire installe la parure.

Conte-moi plutôt les jours seconds…tes nuits heureuses…

Je ne pense pas avoir vécu une autre vie …

Comment oser être infidèle à la terre de mon pays “l’Irak”

Le soldat devint guerrier…..

La cruauté venait se greffer sur le jour….

Sur la nouvelle vie en Irak…………

(pour le petit Akim ,à Bagdad

et à tous les enfants du monde entier emportée(s) par cette maladie

“la folie de l’homme”)……..la folie de l’homme.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Atlantyd.org © 2001-2024 Agence web AMBA

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account